L’audition, un capital précieux à préserver

Publié le 25.02.2016  |   Dossier 2018-03-05

Le bruit participe à notre vie quotidienne au domicile comme au travail. La gêne due au bruit en milieu professionnel n’est pas un phénomène marginal dans la mesure où l’ensemble des professions est affecté.

Selon un sondage récent 85% des salariés se disent gênés par le bruit (IFOP, MEDDE, 2014). Les ouvriers sont en première ligne avec 93% de travailleurs gênés suivis par les professions intermédiaires (87%) et les cadres supérieurs (84%).
Le bruit a longtemps été considéré comme une composante normale du travail. Sur les chantiers, les ouvriers oeuvrent « à l’oreille » selon les bruits émis. L’oreille était alors un outil de travail indispensable …et la surdité le résultat inéluctable.  Le bruit est aussi responsable de 20% des arrêts de travail et accroît de 24 % le risque d'accident avec arrêt de travail et serait à l'origine de 20% des cas de surdité chez l'adulte (Sondage JNA, 2011). Selon le Dr Pascal Foeillet, médecin ORL, Secrétaire général de la JNA, sans que nous le sachions, notre oreille commence à souffrir au-delà de 80 dB pendant 8 heures. Mais il suffit de quelques secondes d’exposition au-dessus d’une intensité de 80 dB pour générer des acouphènes permanents ou une surdité irréversibles. Les impacts auditifs et extra-auditifs du bruit sur notre santé ne sont pas négligeables. Ils interviennent de manière sournoise.

Les traumatismes auditifs liés au bruit

L’un de nos cinq sens, nécessaire à notre équilibre général, l’ouïe, repose sur un mécanisme fragile : laudition. Une bonne acuité auditive nécessite que tous les éléments de la chaîne, du pavillon de l’oreille au cerveau, ne soient pas altérés. Toute lésion de l’un d’eux se manifeste par une déficience auditive. On repère les effets auditifs et les impacts extra-auditifs du bruit.
Le traumatisme sonore aigu (TSA) survient lors d’une exposition brutale à un bruit très fort plus ou moins prolongé, responsable d’atteinte immédiate souvent réversible.
Le traumatisme sonore chronique survient lors d’une exposition sonore excessive prolongée et répétée sur une longue période, responsable d’atteinte progressive mais irréversible.

Les dégâts liés à ces traumatismes sonores prennent différentes formes :

  • La fatigue auditive correspond à un déficit temporaire d’audition qui se caractérise par une diminution de la sensibilité limitée dans le temps.
  • Les pertes auditives sont caractérisées par leur irréversibilité. Elles sont également évolutives. La surdité se définit comme une altération du système auditif quel que soit son siège et son importance.

On distingue : Les surdités modérées (pertes de faible amplitude comprises entre 20 et 40 dB), les surdités moyennes (pertes comprises entre 40 et 70 dB) et les surdités sévères (pertes supérieures à 70 dB).

 

Les symptômes de la surdité sont :

  • L’Hypoacousie est une diminution de la perception du signal sonore, qualitative ou quantitative, sans préjugé du caractère brutal ou progressif. Il faut alors agir vite afin d’essayer de récupérer son acuité. Ce phénomène est de plus en plus fréquent, et peut survenir après une exposition de forte intensité.
  • Les Acouphènes sont une perception subjective de sons non réels. Le traumatisme sonore génère presque toujours des acouphènes : une sensation de sifflements aigus dans les oreilles en dehors de tous stimuli externes. Les acouphènes sont très invalidants sur le plan psychique, social et professionnel.
  • L’Hyperacousie est une perception sonore excessive et désagréable des sons forts. C’est une pathologie, elle aussi, de plus en plus présente. Elle se traduit par une hypersensibilité au bruit même de faible intensité. Dans la majorité des cas, elle survient suite à un TSA (traumatisme sonore aigu).

Les effets « extra-auditifs » du bruit

Du fait des interconnexions de toutes les voies nerveuses entre elles, les messages nerveux d’origine acoustique atteignent, de façon secondaire, d’autres centres nerveux et provoquent ainsi des réactions marquées au niveau d’autres fonctions biologiques ou d’autres systèmes physiologiques.

  • Altération des capacités d’apprentissages.
  • Perturbations psycho-sociales.
  • Perturbations du sommeil.
  • Perturbations de la sphère végétative (système cardio-vasculaire, système respiratoire ou encore du système digestif). Perturbations du système endocrinien : les hormones telles que l’adrénaline sont augmentées de façon significative lors de l’exposition au bruit au cours du sommeil.
  • Perturbations du système immunitaire : tout organisme subissant une agression répétée peut avoir des capacités de défense qui se réduisent fortement.
  • Effets sur la santé mentale : le bruit est considéré comme étant la nuisance principale chez les personnes présentant un état anxiodépressif.
  • Consommation de médicaments : plusieurs études semblent indiquer qu’il existe une augmentation de la consommation de médicaments à proximité des grandes sources de bruit.
Les impacts « santé » du bruit sont donc nombreux. L’oreille en est la première affectée de manière irréversible. Les capacités auditives reposent sur seulement 15 000 cellules sensorielles appelées, appelées cellules ciliées. Celles-ci s’usent avec l’avancée en âge et sous l’impact de bruits toxiques. Une fois abîmées, elles se détruisent et ne se régénèrent pas. Elles ne transmettent plus les informations au cerveau. La compréhension de la parole est altérée. Le corps médial ne sait pas remplacer ces cellules. La surdité est irréversible. Un seul bon geste : le port des protecteur contre le bruit pour préserver son capital auditif.

Pour visualiser les risques auditifs et extra auditifs

 

Article réalisé avec l’association JNA
En savoir plus sur l’audition : journee-audition.org

 

Mutuelle Mieux-Etre Logo Mutuelle Mieux-Etre

Mutuelle Mieux-Etre et sa section professionnelle, SMBTP, complémentaire santé responsable, proposent une offre complète de garanties et de services en matière de santé et de prévoyance adaptée aux besoins de couverture des particuliers, des familles, des entreprises, des salariés, des travailleurs non-salariés, des artisans et des retraités de tous les secteurs d’activité. Nos contrats complémentaire santé, outre les remboursements de soins, incluent des prestations en cas d'hospitalisation, de l'assistance et toute une palette de services pour faciliter la vie au quotidien. 

Working...