La pollution de l'air intérieur

Publié le 23.06.2021  |   Actualité 2021-06-23

La pollution de l'air extérieur est un problème largement médiatisé et connu du grand public qui fait également l'objet de nombreuses réglementations.Mais la pollution domestique, qui désigne l'ensemble des substances nocives auxquelles on s'expose chez soi ou, plus largement, dans des locaux fermés (lieux de travail et de loisirs, espaces publics, etc.), est beaucoup plus méconnue.

Chacun d'entre nous passe en moyenne 14 heures par jour à son domicile ou à l'intérieur de bâtiments. Nous sommes ainsi exposés à de nombreuses substances potentiellement nocives pour notre santé, pendant de longues durées et sans en avoir pleinement conscience.

Cela est d'autant plus vrai que nous vivons de plus en plus dans des intérieurs confinés, les performances des matériaux isolants récents ayant beaucoup progressé.
La chasse aux courants d'air et les comportements individuels, comme une aération insuffisante des lieux de vie, entraînent eux aussi une augmentation de la pollution domestique.
Au final, certaines substances polluantes peuvent se trouver dans des concentrations plus importantes en intérieur qu'à l'extérieur.

 

La pollution domestique est la cause directe, ou l'un des facteurs, favorisant l'apparition de maladies, comme :

  • l'asthme et certaines allergies,
  • des symptômes cardiovasculaires ou neurologiques,
  • des inflammations, irritations ou infections,
  • et certains cancers.

 

Pour lutter contre la pollution de l'air intérieur, la principale mesure consiste à aérer régulièrement les pièces et à assurer un renouvellement de l'air en continu (ex. : ventilation mécanique).

Quelles sont les sources de pollution domestique ? 

Le manque d'aération et de ventilation pour économiser le chauffage ou éviter les déperditions de chaleur est un facteur d'aggravation de la pollution domestique. Ils entraînent une concentration des polluants dans le milieu ambiant, et les niveaux peuvent alors dépasser ceux auxquels on est exposé à l'extérieur. Les sources de pollution domestique sont nombreuses : équipements, décoration, activités, mobilier, animaux domestiques, produits d'entretien...

 

On identifie trois principales sources de pollution domestique :

  • le fonctionnement des équipements de la maison et des appareils à combustion (chaudière à gaz, cuisinière, cheminée etc.) ou de traitement de l'air (purificateurs) : ils peuvent notamment produire du monoxyde de carbone, du dioxyde d'azote ou de l'ozone ;
  • les activités et habitudes des occupants de l'habitation : tabagisme, utilisation de produits ménagers, présence d'animaux domestiques, travaux de bricolage, manque d'aération à l'origine du développement de moisissures etc. ;
  • les matériaux ayant servi à la construction ou à l’isolation du bâtiment et les composants des équipements et mobiliers : ils peuvent contenir ou émettre du formaldéhyde, du plomb, des composés organiques volatils (COV), des fibres minérales etc. ;
  • Les principaux polluants domestiques sont la fumée de tabac, le plomb, les fibres minérales, les oxydes d'azote, les particules, les allergènes, les moisissures, les composés organiques volatils (COV) dont les éthers de glycols.

 

Les polluants domestiques peuvent être classés en trois catégories :

  • les polluants physiques :
    • fibres minérales naturelles ou artificielles,
    • gaz (ex. : radon),
    • certains métaux (plomb) ;

 

  • Les polluants biologiques :
    • moisissures,
    • acariens,
    • animaux domestiques ;

 

  • et les polluants chimiques :
    • monoxyde de carbone,
    • composés organiques volatils ou COV (formaldéhyde, benzène, phtalates etc.),
    • oxyde d'azote,
    • particules,
    • pesticides,
    • fumée de tabac,
    • polycholorobiphényles (PCB)
    • etc.

 

Le meilleur moyen de lutter contre la pollution de l'air intérieur est d'aérer et ventiler correctement les pièces.

Où s'informer sur la santé et l'environnement domestique ?

Pour s'informer sur la pollution de l'air domestique et préserver une bonne qualité de l'air intérieur, nous vous proposons une sélection de sites et de documents.

Attention : les contenus de ces ressources ne sont pas de notre responsabilité, et malgré le soin avec lequel nous les avons sélectionnés, nous ne saurions être tenus responsables d'erreurs éventuelles.
  • L'Institut national d'éducation pour la santé (INPES) informe le grand public sur des problématiques liées à la santé et à l'environnement, et sur la santé en général.

L’Inpes a notamment publié :

 

 

  • L'observatoire de la qualité de l'air intérieur (OQAI) : missionné par les pouvoirs publics, l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur a pour enjeu de mieux connaître la pollution intérieure et ses origines, notamment grâce à des campagnes de mesures. Il s'adresse aux professionnels et au grand public. Site de l'OQAI : www.oqai.fr 

 

Références

Sources :

 

Rédaction :

Le contenu de ce dossier a été élaboré par :

  • l’Equipe Offre Prévention de la Mutualité Française
  • Philippe Perrin, éco-infirmier
Mutuelle Mieux-Etre Logo Mutuelle Mieux-Etre

Mutuelle Mieux-Etre et sa section professionnelle, SMBTP, complémentaire santé responsable, proposent une offre complète de garanties et de services en matière de santé et de prévoyance adaptée aux besoins de couverture des particuliers, des familles, des entreprises, des salariés, des travailleurs non-salariés, des artisans et des retraités de tous les secteurs d’activité. Nos contrats complémentaire santé, outre les remboursements de soins, incluent des prestations en cas d'hospitalisation, de l'assistance et toute une palette de services pour faciliter la vie au quotidien. 

Working...