Mutuelle Mieux-Etre vous donne des conseils pour mieux vivre l'accouchement
Mieux-Etre -

Post-partum : mieux vivre l’après accouchement

La période qui suit la naissance d’un enfant est une aventure, synonyme le plus souvent de bonheur mais aussi de bouleversements, notamment pour les femmes. S’informer et, surtout, bien se faire accompagner sont les clés pour se sentir bien et en profiter sereinement.[...]

La période qui suit la naissance d’un enfant est une aventure, synonyme le plus souvent de bonheur mais aussi de bouleversements, notamment pour les femmes. S’informer et, surtout, bien se faire accompagner sont les clés pour se sentir bien et en profiter sereinement.


Le post-partum se définit comme la période qui suit l’accouchement jusqu’au retour de couche, c’est-à-dire la survenue des premières règles. Sa durée varie de quelques semaines à quelques mois selon les femmes et s’accompagne de nombreux changements. Isabelle Derrendinger, présidente du conseil de l’Ordre des sages-femmes les énumère : « Il y a tout d’abord un impact physique. Le travail de l’accouchement est un véritable effort dont il faut récupérer ! En parallèle, l’équilibre hormonal revient progressivement à l’état antérieur à la grossesse. Et les femmes font face à un bouleversement psychique dans un moment où elles doivent prendre confiance dans leur capacité à être mère. »

Se libérer des injonctions

Pour traverser sereinement cette période, il est important de rassurer. « Contrairement à ce que montrent les influenceuses, le corps met du temps à se remettre de l’accouchement, insiste Isabelle Derrendinger. De même, on entend souvent que la femme va ressentir un lien d’attachement fort dès qu’elle verra son bébé, mais ce n’est pas toujours vrai. Il est tout à fait normal que cela prenne du temps : le lien se construit petit à petit. » À chacune son rythme donc, et si l’on fait face à des difficultés, il faut oser en parler. « Il n’y a pas de sujets tabous, pas de honte à avoir », souligne la présidente de l’Ordre.

Bénéficier d’un suivi

Des rendez-vous de suivi médical permettent aussi d’aborder ces questions. L’Assurance maladie prend en charge intégralement les visites de sage-femme à domicile dans les douze premiers jours de l’enfant, dans le cadre du dispositif Prado (Préparer le retour à domicile). Depuis juillet 2022, il existe aussi un entretien postnatal précoce obligatoire. Mené par un médecin (traitant ou gynécologue) ou une sage-femme, il a lieu entre la 4e et la 8e semaine qui suit l’accouchement et est remboursé à 70 %. « Il permet de repérer précocement des signes de dépression post-partum (lire encadré), les facteurs de risque et les besoins des parents pour mieux les orienter », indique Isabelle Derrendinger. Un deuxième entretien peut également être proposé entre la 10e et la 14e semaine en cas de besoin.

Se préparer au post-partum

Bien en amont, l’entretien prénatal précoce permet de préparer la grossesse, l’accouchement et d’anticiper le post-partum. « Seulement 36,5 % des femmes en ont bénéficié en 2021, regrette la présidente des sages-femmes. Pourtant, il permet d’échanger, de poser des questions et surtout de faire le point sur des difficultés éventuelles et d’orienter les femmes vers une assistante sociale, des associations ou encore la protection maternelle et infantile (PMI) pour qu’elles aient une grossesse et un post-partum plus sereins. »


De leur côté, les proches, famille ou amis, ont aussi leur rôle à jouer : « Le plus beau cadeau de naissance que l’on peut faire à une femme est de lui offrir du temps, estime Isabelle Derrendinger. Proposez-lui de garder son bébé quelques heures, de lui faire des courses ou de lui préparer un repas pour lui permettre de prendre du temps pour elle. »

Dépression post-partum : les signes qui doivent alerter

Les mois qui suivent la naissance constituent une période au cours de laquelle les nombreux changements peuvent favoriser l’apparition d’une dépression. Troubles du sommeil, perte d’appétit, difficultés à créer du lien avec son enfant, pleurs, désespoir, sentiment d’isolement, pensées suicidaires… sont autant de symptômes évocateurs qui, s’ils perdurent, doivent vous inciter à en parler avec votre médecin ou votre sage-femme.
 

Autres contenus

Mutuelle Mieux-Etre fait le point sur les yeux et comment en prendre soin
Mieux-Etre -

Yeux : 4 étapes pour en prendre soin !

Mutuelle Mieux-Etre fait le point sur le droit à l'oubli
Mieux-Etre -

Le droit à l’oubli : un vrai/faux pour comprendre

Parlons ensemble de vos besoins en santé et prévoyance