Le vaccin antigrippal diminue les risques cardiovasculaires

Publié le 16.01.2019  |   Actualité 2019-01-16

Les patients atteints d’insuffisance cardiaque diminuent leur risque de décès de 18 % en se faisant vacciner contre la grippe.

En France, cette pathologie touche plus de 1 million de personnes et entraîne la mort de près de 100 000 d’entre elles chaque année. L’insuffisance cardiaque, qui est due à une incapacité du cœur à assurer normalement son rôle de propulsion du sang dans l’organisme, s’aggrave forcément en cas d’infection et apporte des complications avec une exacerbation des symptômes.

Une étude danoise parue dans la revue scientifique Circulation confirme les recommandations de la Haute Autorité insuffisance cardiaque - pathologie - Mutuelle Mieux-Etre de santé (HAS) et de la Société européenne de cardiologie, c’est-à-dire de mettre à jour ses vaccins, notamment celui contre la grippe en hiver. Pour rappel, la HAS conseillait déjà en 2014 dans son guide de parcours de soins de réaliser un vaccin antigrippal tous les ans et un vaccin anti-pneumococcique tous les cinq ans. « Il faut proposer les vaccinations car les infections respiratoires sont des facteurs de décompensation et d’aggravation », précisait-elle. En effet la grippe peut être très grave, voire mortelle, pour les patients atteints d’insuffisance cardiaque (souvent âgés de plus de 65 ans). Les chercheurs de l’étude menée à l’université de Copenhague ont analysé une cohorte de 134 048 patients souffrant d’insuffisance cardiaque sur une période de douze ans, les résultats ont prouvé que la vaccination antigrippale permettait une réduction de 19 % des décès toutes causes confondues et de 18 % des décès d’origine cardiovasculaire.

Plus tôt la vaccination est faite, mieux le patient est protégé, « encore plus chez les patients vaccinés précocement dans l’année [entre septembre et octobre] ou vaccinés régulièrement », révèlent les auteurs de l’étude. Ces conclusions, dévoilées en pleine période de vaccination, vont peut-être sensibiliser davantage la population concernée et permettre de faire comprendre l’importance de la prévention auprès des médecins et des cardiologues. Car, comme le souligne le directeur de l’étude, Daniel Modin, aujourd’hui encore, la couverture vaccinale est insuffisante. Les chercheurs ont tout de même observé une hausse sur ces dernières années : 52 % des personnes souffrant d’insuffisance cardiaque étaient vaccinées en 2015 alors qu’elle était seulement 16 % en 2003.

Mutuelle Mieux-Etre Logo Mutuelle Mieux-Etre

Mutuelle Mieux-Etre et sa section professionnelle, SMBTP, proposent une offre complète de prestations et de services en matière de complémentaire santé et  de prévoyance adaptée aux besoins des particuliers, des entreprises, des salariés, des travailleurs non-salariés, des artisans et des retraités de tous les secteurs d’activité.

Working...