Acné : les nouvelles recommandations de la HAS

Publié le 11.02.2016  |   Dossier 2016-02-11

Huit ados sur dix sont importunés par des boutons disgracieux qui s’enflamment et peuvent laisser de vilaines cicatrices à vie. Ce que l’on sait moins, c’est que 12 % des femmes adultes sont également touchées. La Haute Autorité de santé (HAS) et la Société française de dermatologie (SFD) préconisent d’adapter le traitement anti-acnéique au cas par cas.

recommandations acne mutuelle mieux etreL’acné n’est pas un mal anodin, elle peut gâcher le quotidien et altérer la qualité de vie : le risque de dépression, par exemple, est plus élevé chez les adolescents qui en sont atteints. Heureusement, quand le traitement est adéquat et qu’il est bien suivi, cette maladie de la peau se soigne plutôt bien. Certains médicaments, susceptibles d’entraîner des effets secondaires, nécessitent toutefois de prendre des précautions. A la suite d’études et de retours d’expériences cliniques, la Haute Autorité de santé (HAS) et la Société française de dermatologie (SFD) ont donc récemment mis à jour leurs recommandations de prise en charge des patients acnéiques.

La pilule contraceptive en deuxième recours

Il était courant d’administrer la pilule contraceptive Diane 35 pour lutter contre l’acné, même si la patiente n’avait pas besoin de prendre un contraceptif. En raison des risques avérés de thrombose veineuse, la HAS recommande de ne plus la prescrire qu’en deuxième recours. Désormais, pour une acné légère à moyenne, les médecins (généralistes, dermatologues, gynécologues) sont invités à privilégier dans un premier temps les traitements locaux, crèmes ou gels à base de peroxyde de benzoyle ou de vitamine A (acide rétinoïque), qui ont fait la preuve de leur efficacité.

Un recours moins systématique aux antibiotiques

Ce traitement externe peut éventuellement être associé à la prise d’antibiotiques par voie orale (doxycycline ou lymécycline), y compris en traitement d’attaque, mais, comme c’est le cas pour d’autres maladies, « il convient de limiter leur utilisation aux situations où ils sont nécessaires, en raison de l’augmentation des souches bactériennes résistantes », précise la Société française de dermatologie. La HAS alerte également sur ces risques d’antibiorésistance, alors que des traitements plus efficaces existent. De plus, les antibiotiques doivent être pris pendant plusieurs mois, pour des résultats qui ne sont pas toujours au rendez-vous.  

De l’importance d’un traitement suivi jusqu’au bout

La réussite du traitement dépend aussi, pour beaucoup, de l’attitude du patient. Ce dernier ne doit pas, en effet, l’abandonner en cours de route. Pour que l’acné puisse être résorbée de façon durable, il faut du temps. Partant du constat qu’« à ce jour moins d’un patient sur deux (de 32 à 50 %) suit correctement le traitement qui lui a été prescrit », la HAS insiste sur la nécessité, pour une guérison définitive, d’une bonne communication du médecin avec son patient et d’un suivi personnalisé. La Société française de dermatologie enfonce le clou en soulignant que, « si le traitement d’attaque a pour but d’obtenir une réduction importante ou une disparition des lésions et de prévenir la survenue de lésions cicatricielles, celui du traitement d’entretien est d’éviter les rechutes ».    

Catherine Chausseray

Le laser : efficace sur l’acné et non invasif
Bien qu’ils ne fassent pour l’instant l’objet d’aucune recommandation d’utilisation de la part des experts, les lasers à infrarouge donnent de bons résultats dans le traitement de l’acné. Leur action consiste à chauffer les glandes sébacées. Pour traiter l’inflammation, les dermatologues utilisent des leds rouges et des leds bleues. « Alors qu’un traitement tel que le Roaccutane demande à être pris sur une longue période, le laser agit immédiatement, explique Isabelle Catoni, dermatologue et membre du Syndicat national des dermatologues vénéréologues (SNDV). Il présente aussi l’avantage de cibler la zone à traiter. Théoriquement, les femmes enceintes peuvent soigner leur acné sur le visage avec le laser, alors que c’est impossible avec le Roaccutane. Cela dit, les consignes médico-légales le déconseillent », tient-elle à préciser. Le laser est aussi utilisé avec succès pour faire disparaître les cicatrices dues à l’acné.
Une séance de laser reste un acte médical. Il est important qu’elle soit pratiquée par un dermatologue spécialement formé, apte à poser un diagnostic et à utiliser les appareils en fonction de la peau du patient.

Le point sur l’isotrétinoïne
L’isotrétinoïne (Roaccutane) est proposée en première intention dans les cas d’acné très sévère présentant un risque cicatriciel important et en seconde intention, après trois mois de traitement local et d’antibiothérapie sans amélioration, pour les acnés sévères susceptibles elles aussi de laisser des cicatrices.
Ce médicament, administré par voie orale, constitue un remède efficace, mais demande un suivi médical très strict. Des examens préalables au traitement sont indispensables. Un test de grossesse est obligatoire, en raison du risque tératogène (risque de malformation du fœtus) présenté par cette molécule. Il doit être réalisé trois jours avant chaque consultation. Bien entendu, une contraception par voie orale (pilule contraceptive) doit automatiquement y être associée. Un dernier test de grossesse sera effectué cinq semaines après la fin du traitement.
Par ailleurs, lorsque l’acné est soignée par isotrétinoïne, un bilan biologique (prise de sang) doit être pratiqué régulièrement : au début, un mois plus tard, puis tous les trois mois, tout au long du traitement. Certains dosages seront alors vérifiés (cholestérol, triglycérides et enzymes du foie dites transaminases). Un mauvais fonctionnement du foie (insuffisance hépatique) constitue une contre-indication au traitement.

Mutuelle Mieux-Etre Logo Mutuelle Mieux-Etre

Mutuelle Mieux-Etre et sa section professionnelle, SMBTP, complémentaire santé responsable, proposent une offre complète de garanties et de services en matière de santé et de prévoyance adaptée aux besoins de couverture des particuliers, des familles, des entreprises, des salariés, des travailleurs non-salariés, des artisans et des retraités de tous les secteurs d’activité. Nos contrats complémentaire santé, outre les remboursements de soins, incluent des prestations en cas d'hospitalisation, de l'assistance et toute une palette de services pour faciliter la vie au quotidien. 

Working...