L’hypertension, une maladie silencieuse

Publié le 13.12.2017  |  Actualité

L’hypertension artérielle correspond à une augmentation de la pression du sang. Cette affection, le plus souvent asymptomatique, nécessite la mise en place de mesures hygiéno-diététiques et, parfois, d’un traitement médicamenteux.

En France, 12 millions de personnes sont traitées pour une hypertension artérielle (HTA). Cette élévation trop importante de la pression du sang – une pression artérielle systolique supérieure à 14 cmHg et une pression artérielle diastolique supérieure à 9 cmHg – touche particulièrement les travailleurs non salariés (TNS). Le régime social des indépendants (RSI) affiche en effet un taux d’admission en affection de longue durée (ALD) pour hypertension artérielle sévère de 11 % supérieur à celui du régime général. 
Pour le docteur Bernard Vaisse, cardiologue et président du Comité français de lutte contre l’hypertension artérielle (CFLHTA), plusieurs facteurs peuvent expliquer cette prévalence : « Les indépendants sont sujets au stress et peuvent avoir des habitudes hygiéno-diététiques dégradées. Ils n’ont pas le réflexe de consulter régulièrement et leur accès aux soins est plus tardif. »

De rares symptômes

Difficulté supplémentaire, l’HTA est une affection silencieuse. Elle ne provoque généralement aucun symptôme, bien Hypertension - pression du sang - symptômes - Mutuelle Mieux Etre que certains signes puissent parfois alerter, comme « des maux de tête, un essoufflement, une fatigue, des mouches devant les yeux ou un saignement de nez », énumère le cardiologue. L’HTA est donc souvent découverte de manière fortuite, lors d’un examen médical de routine. « Il est important de connaître sa tension et de la faire surveiller une fois par an afin de détecter au plus tôt un changement », conseille le médecin. Si l’HTA n’est pas diagnostiquée, elle risque en effet de se révéler lors de la survenue d’une complication, parfois grave, notamment un accident vasculaire cérébral (AVC) ou une insuffisance cardiaque.

Avoir une bonne hygiène de vie

Une fois le diagnostic posé, le médecin fixe les objectifs de baisse de la tension. « Dans le cas d’une hypertension légère, nous préconisons d’abord la mise en œuvre de mesures hygiéno-diététiques qui permettent un contrôle de la maladie, explique le cardiologue. Le patient doit perdre du poids, réduire sa consommation de sellimiter l’alcool (au maximum un verre par jour, cinq jours sur sept) et arrêter le tabac. Nous recommandons aussi de pratiquer une activité physique, soit un sport d’endurance trois fois par semaine, soit de la marche cinq heures par semaine. » Si ces mesures ne s’avèrent pas suffisantes ou en cas d’HTA sévère, plusieurs classes de médicaments sont disponibles. Le médecin commence par prescrire un voire deux médicaments associés, puis, si les résultats ne sont pas satisfaisants, un troisième. L’observance est alors capitale. « Il est essentiel de prendre ses médicaments tous les jours, pour qu’ils soient efficaces, et de suivre le traitement à vie », insiste le docteur Vaisse.

 

Mutuelle Mieux-Etre et sa section professionnelle, SMBTP, complémentaire santé responsable, proposent une offre complète de garanties et de services en matière de santé et de prévoyance adaptée aux besoins de couverture des particuliers, des familles, des entreprises, des salariés, des travailleurs non-salariés, des artisans et des retraités de tous les secteurs d’activité. Nos contrats complémentaire santé, outre les remboursements de soins, incluent des prestations en cas d'hospitalisation, de l'assistance et toute une palette de services pour faciliter la vie au quotidien. 

Working...